Musiciens

portrait vibreurs 1Éric Normand (basse)

Eric Normand est artiste improvisateur, bassiste, compositeur et imprimeur.  Il vit  dans la petite ville de Rimouski (Est du Québec). Il dirige Tour de bras,  un organisme voué aux musiques d’improvisation ainsi que le  GGRIL (2004), un ensemble voué à l’exploration de « compositions pour improvisateurs ».  Improvisateur, Éric invente un langage personnel et radical. Armé de basses « customisées-maison »,  il est un interlocuteur précieux pour plusieurs improvisateurs aux langages les plus singuliers, que ce soit Xavier Charles (Avis aux réacteurs), Philippe Lauzier (Not the music), Jean-François Laporte ou Jim Denley (duo PLANT).   Son activité musicale se déploie à travers la participation à des nombreux collectifs et orchestres allant du jazz à la musique acousmatique, à la baladodiffusion ou à la chanson. Il écrit également des pièces pour des ensembles de musique contemporaine tels que Quasar (Montréal) et Tone List (Perth, Australie.  Artiste du multiple. Il propose aussi « Manoeuvres », installations sonores ou films et participe à plusieurs créations inter-disciplinaires.  Depuis quelques années, il s’intéresse à la linogravure, à l’estampe et à l’art postal.   Il a fait paraître plus de 30 albums sur des étiquettes canadiennes et étrangères et sa musique a été jouée dans plusieurs festivals dans plus de 20 pays.

«… one of the Canada’s most creative musical visions » (Stuart Brommer, The Wholenote, Canada)

«… a highly disciplined approach to noise making.» (Dan Bigna, Real Art, Australie)

En 2019, il reçoit, du CALQ, le prix  Créateur de l’année au Bas-Saint-Laurent.

https://ernormand.wordpress.com/

Robin accordéon et electro RMS LAURENCE MEUNIER 3Robin Servant (accordéon)

Robin Servant est un musicien passionné par les musiques traditionnelles, l’improvisation et la composition.  Actif au sein de plusieurs groupes de musique musique traditionnelle ( Trio Salicorne, Tord-Vis, la Marée montante) et de musique improvisée (GGRIL, Escarbilles, duo Haley Servant), il cherche à tisser des liens entre les traditions populaires et les musiques actuelles.  Comme artiste sonore, il réalise des installations et des compositions électroacoustiques ancrées dans les sons issus du territoire et des gens qui l’habitent.  Son travail s’organise autour de deux axes: partage de l’expérience et expérience de l’instant.

Catherine S.-Massicotte (violon)

Après des années d’études en violon classique, puis en littérature, Catherine S Massicotte opère une fracture radicale dans son exercice de la musique, passant d’interprète à improvisatrice et artiste audio. Disséquant les codes, elle privilégie l’aspect communicationnel, favorise la rencontre et l’échange et vise une connaissance moins rationnelle de l’instrument et de ses fonctions. Elle participe à plusieurs projets et ensembles dont le Tutu Combo, Minus 3, P.O.W.E.R et le GGRIL (Grand Groupe Régional d’Improvisation Libérée).

credit Agrume Agrume_Rémy Bélanger de Beauport (violoncelle)

Le violoncelliste improvisateur Rémy Bélanger de Beauport développe une pratique de la musique expérimentale dès  l’adolescence. Puisant son inspiration autant chez Charlotte Moorman que Karlheinz Stockhausen ou Nirvana, il signe depuis 2003 plusieurs enregistrements en solo, duo, trio jusqu’au grand ensemble. Son approche est basée sur le corps,  l’intuition et l’interaction, les textures sonores et une intensité d’attention pour le déploiement des structures. 

Rémy Bélanger de Beauport vit actuellement à Québec où il dirige l’EMIQ Ensemble de musique improvisé de Québec en  plus de collaborer régulièrement avec la danse, la poésie et l’art performance. Diplômé en composition, en théorie musicale  et en mathématiques, il joue dans plus de 150 concerts aux Festival international de musique actuelle de Victoriaville,  Francofolies de Montréal, Rencontres de musiques spontanées à Rimouski; au Canada, en Allemagne, au Mexique, en  France et en Italie. Il joue avec Lori Freedman, Jean Derome, Now and Then, l’Ensemble SuperMusique, le GGRIL et  participe aux classes de maître de Joëlle Léandre, Fred Frith et Tristan Honsinger.

pascal landryPascal Landry (guitare classique 7 cordes)

Pascal Landry a complété une formation en interprétation de la guitare classique, de la guitare jazz,  et détient une maîtrise en musicologie. Il est actif au sein de plusieurs ensembles d’improvisation  musicale libre (GGRIL, EMIQ, Insect-Ions, Duo Paquet-Landry) et de groupes de black métal (Acédia,  Cantique Lépreux). Il est également organisateur d’évènements dédiés à l’improvisation musicale  libre, notamment avec l’organisme sans but lucratif Musique pas d’air.

Alexandre-Robichaud-au-CEMAlexandre Robichaud (trompette)

En tant qu’Alexandre Robichaud, je joue de la trompette au sein du Ggril en poursuivant la tentation vaine de faire de la trompette tout ce que la trompette n’est pas; m’évertuant à la discrétion, rôles de soutien ou délicatesse, détestant jouer de mélodies sauf si c’est pour quelqu’humour tordu et me plaisant bien à explorer des registres inaccessibles à un tuyau d’un mètre et demi. Parfois poète, compositeur ou éditeur, dans l’ailleurs, je joue du rock, du jazz, de la console, de l’accompagnement de poème ou de la chanson.

148867155_2414555032021281_8422191033491427727_nTom Jacques (percussions)

Le travail artistique de Tom Jacques, musicien et artiste sonore, évolue entre la composition, l’improvisation, l’interprétation, la conception de dispositifs et d’installations sonores. Ancré au Bas-Saint-Laurent, il œuvre principalement dans les musiques actuelles, contemporaines et jazz. 

Ses projets tirent leurs origines de plusieurs pratiques, soit la musique, l’installation sonore, la lutherie sauvage, l’art numérique, le cinéma, les métiers d’arts et les arts visuels. La fabrication de nouveaux dispositifs est au centre de sa démarche compositionnelle, le guidant vers des directions musicales surprenantes sans le contraindre aux limites des instruments de musique conventionnels. Actif au sein de plusieurs ensembles, il collabore également avec des artistes de tous horizons.

0D9A6460Thomas Gaudet-Asselin (basse électrique, contrebasse)

Musicien originaire de Lanaudière et vivant à Rimouski, au Québec. Animé d’une grande curiosité de l’expression musicale, il chemine dans l’exploration de différents styles tels le jazz, les musiques libres et improvisée, la chanson, le métal et il s’intéresse à différentes traditions musicales venues d’ailleurs, particulièrement celles qui composent la musique arabe classique et moderne. Il interprète, joue et compose pour différents ensemble. Il s’intéresse aussi à des questions relatives aux différents rôles que la musique peut jouer dans une communauté, comme en tant que génératrice et créatrice de lien, de rituel et comme médium thérapeutique.

IMG_20200617_171015_390Sébastien Corriveau (clarinette basse)

Sébastien Côrriveau joue de la clarinette basse dans le GGRIL et le Jazz Mess. Il est aussi poète, bassiste et Chef du Parti Rhinocéros. Ses influences vont du hip-hop à Bach, de la chanson à texte au free jazz. Vous l’entendrez grave, aigu, pointilliste, langoureux, mélodique, casse-couille ou pas du tout. Sébastien a obtenu un baccalauréat en musique de l’Université de Sherbrooke.

Gab TBNGabriel Rochette Bériau (trombone)

Autrefois claviériste dans diverses obscures formations métal et de rock garage sur la Côte-Nord, c’est comme tromboniste que Gabriel Rochette-Bériau se joint au GGRIL à l’été 2015. Il y développe depuis son approche d’improvisateur basée sur l’écoute et la recherche timbrale.

photo robertRobert Bastien (guitare)

Robert Bastien détient un doctorat (Ph.D) en Sciences de l’éducation (2001), une maîtrise (1989) dans la même discipline de l’Université de Montréal ainsi qu’un baccalauréat en Design obtenu en 1981 de l’UQAM. En tant que musicien, dès les années 1970, il participe à diverses performances de musique expérimentale avec l’Orchestre Philarmonique du Grand Zoo, entre autres à la Casanou, lieu mythique de la musique d’avant-garde à Montréal. En tant que musicien (guitare électrique, voix et objets amplifiés), il participe à créer des espaces maillant les inégalités sociales et l’improvisation (Manières [dé]faire des Mondes – 2007 – et Musiques au travail – 2008 à la Société des Arts Technologiques de Montréal SAT). Depuis plus de dix ans, il est membre du Grand Groupe Régional d’Improvisation Libérée (GGRIL). Outre son implication au sein de cet ensemble, il a conçu de la musique de film et a lui-même participé à la conception et à la réalisation de deux documentaires expérimentaux. Le premier s’est intéressé au mouvement étudiants de 2012, en collaboration avec Jean-François Laé et Anna Woch. Le second film, en 2014, portait sur les écrits institutionnels ; dossiers médicaux, scolaires, judiciaires : Les mots des autres sur soi.  En 2017, en tant que musicien, il joint périodiquement un nouvel ensemble de musique, l’Ensemble de Musique Improvisée de Québec (ÉMIQ), sous la direction de Rémy Bélanger de Beauport.

IMG_0678Luke Dawson (contrebasse) 

Le parcours de Luke Dawson est fait d’une fusion entre musiques improvisées, populaires et  académiques, et un approfondissement constant des techniques de jeu à la basse, contrebasse, guitare, claviers et voix. Il a participé à plus de mille concerts, et joué sur une vingtaine d’albums distribués.  Il étudie la contrebasse classique avec M. Zbigniew Borowicz ainsi que la composition avec Dr. Éric Morin à L’Université Laval, tout en menant un parcours professionnel avec les groupes rock The Mistake, traditionnel Québécois avec Zéphyr Artillerie et d’improvisation libre avec Framboos.  Par la suite il se joint aux orchestres de chambre Land of Kush et le GGRIL, qui combinent musique écrite et jeux d’improvisation. Il y suit des ateliers de perfectionnement auprès de Joëlle Léandre, Evan Parker et René Lussier entre autres, tout en participant à de nombreux événements et tournées dont le FIMAV, POP Montréal, Suoni per il popolo et Les Rencontres de Musiques Spontanées.  

Depuis 2012 il est actif en tant que bassiste, contrebassiste et guitariste au sein du groupe de chanson folk Les Chercheurs d’or, où il est également  compositeur, parolier, producteur et arrangeur. Le groupe a 4 albums et une vingtaine de tournées dans 7 pays à son compte, incluant des passages au Festival d’été de Québec, le Festival en chanson de Tadoussac, Petite-Vallée, le FME en Abitibi, les Francofolies de Montréal, le Festival du Voyageur à Winnipeg, les Jeux Panam de Toronto, Pully-Laveaux en Suisse, Voix de Fête et plusieurs autres.

Aujourd’hui Luke Dawson est responsable de la micro-étiquette Super Ranch, qui rassemble Les Chercheurs d’or, son projet de chanson Pied Léger, le groupe de rock expérimental Les Martyrs de Marde ainsi que le nouveau jazz des Évadés. À ceci s’ajoute ses activités au sein de Crackgate et L’Ensemble de Musique Improvisée de Québec, et de nombreuses autres initiatives uniques en tant que pigiste.

IClermont N&BIsabelle Clermont (harpe)

Isabelle est une artiste interdisciplinaire doctorante en arts de la scène et de l’écran de l’Université  Laval à Québec (2019).  Elle détient un baccalauréat en arts plastiques de l’Université du Québec à  Trois-Rivières (2006) et une maîtrise en arts visuels de l’Université Laval (2009).  Durant son enfance,  elle fait ses classes en piano classique avant d’apprendre la harpe de manière autodidacte à  l’adolescence.  En art visuel comme en musique, c’est la relation à la matière qui prône.  Matière  plastique, humaine, réflexive.  Ses projets interdisciplinaires ont la particularité d’offrir une polyphonie  des sens à travers la création d’espaces de recueillement, intime et sacré dans le mouvement de  l’art total.  Une démarche qui s’orchestre autour de l’équilibre, de la spiritualité et du don s’exprimant  principalement par le processus relationnel.  Elle recherche des espaces empreints de mémoire,  d’architectures atypiques et de légendes afin de proposer une approche singulière, une immersion  où le spectateur pourra pénétrer au cœur de l’œuvre.  Ses musiques de création aux ambiances oniriques exploitent la trame narrative et symbolique où l’intuition et l’improvisation occupent une  place prépondérante.  Son album numérique Paysages sorti à l’hiver 2020 et produit par Tour de  Bras situé à Rimouski, regroupe sept compositions sonores où : « Il en ressort un album cohérent, une  atmosphère à la fois aérienne et aérée. Ces paysages ne font qu’un.  Isabelle Clermont démontre certes un sens  inné de la performance mais aussi, et c’est beaucoup plus rare, un sens de la structure.  Toujours l’auditeur-trice  sent bien où on s’en va, comment les idées (ou les thèmes) se développent, comment les mouvements  s’emballent d’abord pour ensuite s’épuiser et décliner. » Normand Babin, Néomémoire, 17 décembre 2020 

Grandement impliquée dans sa communauté en Mauricie au sein de l’Atelier Presse-Papier et  comme co-organisatrice du Festival d’art performatif de Trois-Rivières (FAPTR), elle œuvre également en musique actuelle comme harpiste, avec le Grand groupe d’improvisation libérée  (GGRIL) situé à Rimouski. À l’automne 2021, elle composera pour la première fois, une pièce pour  les musicien.nes de l’ensemble de musique.  Ses recherches alliant le corps performatif,  l’environnement sonore et visuel, se poursuivent avec la Société des arts technologiques (SAT) à  Montréal et le dispositif Scénic permettant des créations en téléprésence aux quatre coins du  Québec. 

Récipiendaire au prix du CALQ pour la créatrice de l’année en Mauricie en 2019 et boursière du  Conseil des arts et des lettres du Québec à plusieurs reprises, elle a effectué de nombreuses  résidences et expositions d’importance au Québec et à l’international.  Depuis une dizaine d’années, elle travaille comme artiste/médiatrice auprès de personnes vivants avec des limitations  fonctionnelles au sein d’organismes communautaires à Trois-Rivières pour mettre en place des  projets de créations novateurs côtoyant les 5 sens. 

Antoine Létourneau-Berger (percussions)

received_199654102062712Jonathan Huard (percussions)

Jonathan a obtenu son baccalauréat en percussions au Conservatoire de musique de Rimouski et il termine présentement sa maîtrise au Conservatoire de musique de Québec où il a passé avec distinction son concours en musique de chambre. Son parcours compte une participation à l’Orchestre des jeunes du Canada, à l’institut d’été de So percussion ainsi que quelques semaines de formations à Orford Musique. Il a également été lauréat du premier prix en percussions du concours de musique du Canada à deux reprises. Il joue régulièrement avec des ensembles tels que l’Orchestre symphonique de la Côte-Nord, l’Orchestre symphonique de l’Estuaire, l’ensemble de percussions EP4 et le Grand Groupe Régional d’Improvisation Libérée. À l’été 2019, il a eu la chance de participer au festival gala du festival des concerts aux Îles du Bic. Depuis quelques années maintenant, il accorde une grande importance aux oeuvres contemporaines ainsi qu’à la musique improvisée.

Olivier-DaMoursRMS-26-Monocytes-1810x1200Olivier D’Amours (guitares)

Olivier D’Amours est guitariste dans le GGRIL depuis 2009. Autodidacte, il est connu pour l’utilisation d’accordages alternatifs et de pédales d’effets adaptées à chaque projet. Il est aussi le co-fondateur des groupes La forêt rouge (Montréal) et les Monocytes (Rimouski).

Marc-Antoine Mackin-Guay (guitare baryton)

trio d'choseClarisse  Bériault (hautbois)

Maintenant résidente de Rimouski depuis 2017, Clarisse Bériault œuvre selon sa découverte ou redécouverte de ses propres intérêts. Forte d’une formation en hautbois classique, celle-ci lui permit d’acquérir une technique et discipline instrumentale, qu’elle ne prend cependant aucun plaisir à exercer dans la rigidité. Elle aime les mélodies incongrues et l’expérimentation des médiums, ce pourquoi elle intègre le GGRIL en 2019 en tant que hautboïste.  Un BAC en Scénographie à l’Université Concordia lui permit également de se découvrir de nouveaux terrains de jeux par le biais de la marionnette revendicatrice et de la conception scénique.

Par ailleurs contemplatrice sensible du monde extérieur, parolière de chansons, bassiste, chanteuse, patenteuse analogue, autant visuelle que sonore, elle aime les vieilleries, le « faire-avec » et jouer avec ses inspirations du quotidien.

Ishkueu_créditRemyHermoso_2Patricia Ho-Yi Wang (violon)

Patricia Ho-Yi Wang est une violoniste et podorythmiste en musique traditionnelle formée en musique populaire et en jazz. Elle est active au sein du quintette de chant trad féminin et féministe Germaine depuis 2017, du trio de musiques traditionnelles Salicorne depuis 2020, et au sein du Grand groupe régional d’improvisation libérée (GGRIL) depuis 2020. Durant trois ans, Patricia a accompagné au violon et aux pieds les groupes de danse traditionnelle La R’voyure et Les Pieds Légers de Laval. Désormais basée à Rimouski, elle finalise la réalisation d’un EP, premier projet solo qui prend racine dans une collecte de récits de vie familiaux et qui puise dans les musiques trad chinoise et malgache.

DSC06706Alexis Gagnier-Michel (violoncelle)

Durant une formation classique en violoncelle débutée en 2008, Alexis Gagnier-Michel participe à une multitude d’ensemble et de festivals, notamment l’Orchestre symphonique de la Côte-Nord, les Concerts aux Îles du Bic, le ScotiaFest et l’Académie d’Orford. Autrement, sa passion réside dans la découverte et la recherche d’une musique improbable et ce, peu importe la « discipline ». C’est donc à travers des projets aussi divers qu’en musique trad, en création ou encore avec des classiques de la musique moderne que son parcours
continue…

Mathieu Gosselin (saxophone baryton)

Emie Lachapelle (saxophone alto et clarinette)